Accueil Notes Romanes

AN MIL
--- Contexte
--- Chronologie

ART ROMAN
--- Grandes étapes
--- Architecture
--- Sculpture
--- Peinture
--- Symbolisme
--- Epopée cistercienne

GALLERIES PHOTOS
--- Lyon
--- Lyonnais
--- Saône et Beaujolais
--- Brionnais
--- Pyrénées orientales

EXPOS VIRTUELLES
--- Vie du Christ
--- Ancien testament

RESSOURCES
--- Plan du site
--- Liens

 
2 La Dualité Bien/Mal Jour/Nuit
Soleil/Lune
Lumière/Obscurantisme
3 L’Esprit
Le Ciel
L’Ame

Le 3, c’est la Trinité dans la plan tréflé de certaines absides, dans le triplet des vertus théologales, dans les clochers trinitaires.

4 La Matière
La Terre
Le Corps
 Le 4, c'est le nombre d'éléments (terre, mer, air, feu), de saisons, de fleuves du Paradis, d'évangélistes, de points cardinaux, Le carré symbolise le monde terrestre.

Les chiffres 3 et 4 sont souvent associés (Esprit/Matière, Ciel/Terre, Ame/Corps), ainsi, sur le mur de la façade de l’abbaye de Fontenay, 3 ouvertures (le ciel) sont percées au-dessus de 4 autres (la terre).

5 L’Humanité
6 La Puissance
Le Surhumain

Cette idée de puissance est manifeste dans les 6 jours de la création.

Une relation existe entre le 6 et le Chrisme. Les deux premières lettres du mot Kristos (Christ en grec) constitue une étoile à 6 branches symbole du salut universel.

 

7 Nombre universel C'est le nombre sacré de la Nouvelle Alliance (cf. les 7 dons de l'esprit). 7 = 3+4 : union de Dieu et de l'Homme.
8 La Résurrection
La Renaissance par le baptême
C’est pourquoi de nombreux baptistères ont une forme octogonales. Cf également les clochers octogonaux de Bourgogne et d'Auvergne, les 8 tons du chant grégorien, les 8 Béatitudes.
10 L’Unité
La Divinité
C'est le nombre sacré de l'Ancien Testament (cf. les 10 commandements)

Selon la doctrine pythagoricienne, c’est le nombre parfait.
Cf le Décalogue

11 Le Péché C’est le nombre des apôtres après la trahison de Judas.
12 L’Eglise Universelle 12 mois, 12 heures, 12 signes du Zodiaque, 12 apôtres, 12 tribus d'Israël.
13 Le Malheur Cf. Les 13 à table.

Le nombre d'or

C’est un notion mathématique simple définie dès l’Antiquité et fondée sur l’idée d’une harmonie universelle.

Elle permet de partager une longueur donnée en deux segments tel que le petit (a) soit au grand (b) ce que le grand est au tout (a+b).

C’est à dire : a/b = b/(a+b). Si a=1, alors b=1,618.

On considère qu’un rectangle est particulièrement agréable à l’œil lorsque ses côtés sont des multiples de 1 et 1,618. On parle de rectangle d’or et de divine perspective.

De nombreuses églises romanes sont régies par ces proportions. 

On peut retrouver ce nombre d'or à partir de la suite de Fibonacci : 1, 2, 3, 5, 8, 13, ... où chaque terme s'obtient en additionnant les deux précédents. En calculant le rapport entre deux termes successifs, on obtient une suite de quotients tendant vers 1,618.