Châteuneuf  

Accueil "Notes romanes"
Accueil "Brionnais"

Châteauneuf était une châtellenie royale dans le ressort du bailliage de Mâcon.

L'église de Châteauneuf, édifiée au 12e siècle, a subi, au long des siècles, de nombreuses restaurations. A la fin de la guerre de Cent Ans, elle a été fortement remaniée suite à un incendie. Les chapiteaux de la nef ont été refaits en style gothique tarif (15e siècle). Elle a été restaurée dans la seconde moitié du 19e sous l'autorité de Millet, élève de Viollet-le-Duc.

L'église est à trois nefs, avec un transept non saillant. Le chœur se termine par une abside en hémicycle, flanquée de deux absidioles en retrait. La nef comporte trois travées voûtées en berceau, séparées par deux arcs doubleaux en cintre brisé. Les fenêtres hautes sont encadrées de vastes archivoltes ornées retombant sur des colonnettes.

Par suite de la hauteur exceptionnelle de la voûtes (12 mètres), la nef donne une impression d'élancement. Les collatéraux paraissent, de même, très étroits par rapport à leur élévation. La nef communique avec les collatéraux par des grandes arcades en cintre brisé qui ont été surélevées au 15e siècle.

La croisée du transept est voûtée, sous le clocher, par une lanterne à huit côtés éclairée par quatre fenêtres en plein-cintre.

L'abside est éclairée par trois fenêtres en plein-cintre et décorée par cinq arcatures retombant sur des pilastres et des colonnettes à chapiteaux sculptés.

Le clocher de plan carré est surmonté d'un pyramide en pierre. Les deux étages supérieurs sont percés de baies en plein-cintre, encadrées par des colonnettes dont les chapiteaux sont richement sculptés.

La façade principale est percée de trois fenêtres en plein-cintre. Le portail principal est surmonté d'une double archivolte qui encadre un tympan non sculpté. Par contre, le portail latéral est surmonté d'un linteau sculpté (12e siècle) qui représente les douze apôtres sous forme de petits personnages, debout, logés à l'intérieur de petites arcades.

La corniche très saillante est moulurée. Les partis anciennes sont supportées par des modillons sculptés, certains ornés de têtes grimaçantes.