Trinité de Roublev 1/8 – Le contexte historique et l’icône

Trinité de Roublev 1/8 – Le contexte historique et l’icône

1. Le contexte historique et l’icône | 2. Le thème | 3. La scène | 4. Le colloque divin | 5. Les visages et les corps | 6. Au centre de tout : la coupe | 7. Les trois anges | 8. L’objet du colloque


Contexte historique

Le monastère de la Sainte-Trinité est situé à 80 km au nord-est de Moscou, dans l’actuelle ville de Zagorsk. Il est fondé à la fin du XIVe – début du XVe par Serge de Radonèje, grand saint de la Russie. De nombreux moines affluent fascinés par le saint et sa spiritualité. André Roublev est l’un de ceux-là.

Le Grand Duché de Moscou est en train de s’imposer aux autres principautés russes. Les tartares sont vaincus pour la première fois depuis deux siècles. C’est une époque de grande créativité ; on construit les bâtiments en pierre et non plus en bois. Au monastère de la Trinité, on termine en 1422 l’Eglise rebâtie en pierre. C’est à cette époque que l’abbé du couvent Nikon demande à Roublev de peindre la Trinité pour l’iconostase de l’Eglise (cloison qui sépare le chœur et la nef dans les églises orientales).

L’icône

Peinte entre 1422 et 1427, elle mesure environ 1m de large sur 1,5 m de haut. Elle est formée de plusieurs planches dont les jointures sont légèrement détériorées.

Rappelons que l’icône est une peinture à l’eau où les colorants utilisés sont liés par le jaune d’œuf. Il semblerait que Roublev ait eu connaissance d’une technique nouvelle qui venait d’être découverte par les peintres flamands : un mélange d’œuf, d’huile et d’eau qui permet d’obtenir le modelé extrêmement doux de l’icône.

Elle se trouve aujourd’hui à la Galerie nationale Tretiakov de Moscou