Ecole

NYINGMAPA

 

Situation

Altitude 3400 m à 120 km S-E de Lhassa, 40 km O de Tsethang.

Une oasis au milieu des dunes, près du village de Dragmar (lieu de naissance du roi Drisong Detsen), sur la rive nord du Yarlung tsangpo, à l'abri de la colline Hepori.

Monastères tibétains

SAMYE, le premier grand ensemble monastique tibétain

Autres monastères

Photos FlickR

Histoire

Fondé en 779 par le roi yarlung Trisong Detsen avec l’aide du maître indien Padmasambhava (tib. Guru Rimpoche), Samye est le plus ancien grand ensemble monastique du Tibet. C'est ici qu'a eu lieu vers 790 le 'Débat de Samye', débat qui devait déterminer si le bouddhisme tibétain naissant devait suivre le voie indienne basée sur l'étude ou la voie chinoise Chan (Zen) orientée vers la contemplation : ce fut la voie indienne qui l'emporta. Samye fut un centre politique majeur aux VIIIe, IXe et Xe siècles. Pendant la Révolution culturelle, Samye a moins souffert que les autres monastères du Tibet central ; il a été restauré en 1988-1989 et abrite une centaine de moines aujourd’hui.

Architecture

Construit sous la forme d'un mandala géant, il est ceint par un mur circulaire de plus d'1 km de circonférence et 3-4 m de haut, surmonté de 1028 petits chorten symbolisant la chaîne de montagnes qui ceinture l'univers et percé de 4 portes.

Le temple principal (Utse) correspond au centre de l’Univers, le Mont Meru, la demeure céleste des dieux. Autour du temple principal (Utse), différents bâtiments sont disposés selon une symbolique complexe.

Dans les 4 directions, les 4 temples des continents flanqués chacun de deux sous-continents : Aryapalo au S (premier de tous les temples construits à Samye), Jampa à l'O (dédié à Maitreya, c'est ici qu'eut lieu la fameuse controverse entre les écoles bouddhiques chinoise et indienne), Jampel à l'E (dédié à Manjushri) et Jangchub Semkye au N (utilisé comme entrepôt).
Au N du temple principal, le temple de la lune (Dawa Lhakhang) et au S, le temple du soleil (Nyima Lhakhang) aujourd'hui détruit.

Aux 4 angles du temple principal se trouvent 4 stupas de couleurs différentes.

Visite

Parmi les derniers vestiges datant de l'époque de la dynastie des Yarlung (VIIIe s) : la stèle du roi Trisong Detsen annonçant l'instauration du bouddhisme comme religion officielle (à l'extérieur gauche du portail d'accès), les deux lions de pierre (devant le porche d'entrée) et la cloche en bronze accrochée au plafond du portail d'entrée.

Le temple principal est entouré d'une grande cour carrée qui abrite des centaines de moulins à prières. Chaque étage est construit dans un style différent : 1er tibétain, 2ème chinois et 3ème indien.

Dans la grande salle, 24 piliers soutiennent un plafond qui laisse passer une faible lumière. La centaine de moines que compte aujourd'hui le monastère s'y réunit 1 ou 2 fois par semaine. Toutes les sectes et leurs maîtres spirituels sont représentés dans un esprit œcuménique particulier à Samye.

On accède à la chapelle centrale par trois grandes portes symbolisant les 3 voies de la libération (vacuité, vertu et absence de désir). Au 1er étage, une galerie à l'air libre est recouverte sur 100 m de fresques retraçant le chemin de Guru Rimpoche d'Inde à Samye, l'intervention des Mongols et l'avènement des Dalaï-lama.

Vue magnifique sur le monastère et la vallée depuis la colline Hepori qui domine le site de quelques centaines de mètres à l'est (1 heure de grimpette).