Ecole

GELUGPA

 

Situation

Altitude 3650 m - Centre géographique et spirituel de Lhassa.

 

Importance

Jokhang est un des temples les plus vénérés du Tibet car il abrite une statue du Jowo, représentant le jeune Bouddha qui aurait été sculptée de son vivant. C'est le deuxième grand centre spirituel de Lhassa avec le palais du Potala. Il couvre une superficie de 2,5 ha.

Monastères tibétains

JOKHANG, le temple le plus sacré du Tibet

Autres monastères

Photos FlickR

Histoire

Construit par le roi tibétain Songtsen Gampo en 639 pour fêter son mariage avec la princesse Tang chinoise Wencheng, une bouddhiste. Il fut, avec le Ramoché, l'un des premiers temples construits à Lhassa au VIIe s. En 823, une stèle fut érigée devant la porte principale du temple mentionnant les termes du traité de paix sino-tibétain de 822. En 1642, le 5ème Dalaï-Lama engagea un projet de restauration qui devait durer trente ans. Pendant la Révolution culturelle, les bâtiments ont servi de baraquements militaires et d’abattoir, puis d'hôtel pour officiels chinois.

Architecture

Le style s'inspirait à l'origine du vihara indien; les extensions ultérieures ont introduit un mélange des styles indien, népalais et tang.

Visite

Devant le Jokhang, un pilier (1) mentionne en chinois et tibétain un extrait du traité de paix conclu en 622 entre les deux pays.

L'ouverture du Jokhang est tournée vers l'ouest en l'honneur de la princesse népalaise Tristun, épouse de Songtsen Gampo. Une lourde porte de bois laqué rouge suivie d'un corridor court et étroit (2) donne accès à une grande cour à ciel ouvert (3) : au milieu du mur N se trouve le trône du Dalaï-lama (4), au centre sur une longue table d'offrandes (5) des petites coupelles, recevant le beurre de yak offert par les pèlerins, brillent de mille feux, deux ouvertures latérales (6) donnent accès au Nangkhor, un corridor composé de centaines de moulins à prières qui fait le tour du temple central.

De part et d'autre de l'entrée du temple principal, des peintures décrivent le voyage de la princesse Wencheng jusqu'à Lhassa et son mariage avec le roi.

Au centre de la salle centrale (7) s'élèvent quatre grandes statues de Padmasambhava (4-7>a), Maitreya (5-8-9>b) et Avalokiteshvara (6>c) et dans le coin N-O le chorten blanc et or de la victoire (11>d); la salle est entourée de chapelles dédiées à Tsongkhapa (10-15>e), Avalokiteshvara (13>f), Maitreya (14-19-23>g), Amitabha (16-24-25>h), Sakyamuni (18-20>i), Amitayus le bouddha de la longévité (22-26>j), aux bouddhas de médecine (12>k), aux trois rois Trisong Detsen, Songtsen Gampo et Ralpachen (27>m).

La chapelle dédiée à Sakyamuni abrite le Jowo, une statue de Bouddha Sakyamuni dans sa forme de gloire. Chaque tibétain souhaite pouvoir une fois dans sa vie contempler cette statue; c'est pour lui rendre hommage que de nombreux pèlerins entreprennent le voyage vers la capitale.

A l'étage une autre chapelle, incontournable pour le pèlerin, dédiée à Palden Lhamo, une forme courroucée de Tara, la divinité protectrice du Tibet. Les moines habitent le 2ème étage.

Sur la terrasse, en fin d'après-midi (sauf le dimanche), les moines argumentent et contre-argumentent en claquant leurs mains face à leurs interlocuteurs. Belle vue sur la ville depuis la terrasse.

Il y a autour du Jokhang trois cercles concentriques de pèlerinage :

- le Lingkhor : cercle extérieur de 8 km de long, englobe le Potala, le Ramoche, le Jokhang et les berges de la rivière Kyichu,

- le Barkhor : cercle intermédiaire autour du Jokhang,

- le Nangkhor : cercle intérieur dans le temple même, correspond au déambulatoire de nos cathédrales.