Culture, religion et histoire     Imprimer la page


Danse : les danses balinaises sont plutôt du théâtre dansé racontant des histoires tirées de l'épopée hindoue du Ramayana.

Elles ont pour nom legong (la danse divine), kecak (la plus impressionnante, avec son chœur de 150 chanteurs chargé d'incarner l'armée des singes du Ramayana), Barong et Rangda (combat entre Barong, le Bien représenté par une énorme peluche à crocs et Rangda, l'horrible reine des sorcières qui hante les nuits de Bali), kebyar (duo entre un orchestre et un danseur), ...

Chaque village, ou presque, a sa troupe de danse. Les danses sont invariablement rythmées par des ensembles de gamelans.

A voir le site dharma.free.fr dédié à la promotion de la danse indonésienne.

Musique : le gamelan (sorte de xylophone) est l'instrument fétiche de Bali ; ses notes aiguës retentissent dans la campagne balinaise. Les ensembles de musique associent différents groupes d'instruments et comptent jusqu'à cinquante musiciens.

A voir sur cite-musique.fr, un espace dédié au Gamelan.

Peinture : la peinture balinaise tire ses racines des anciens panneaux de sanctuaires et des calendriers astrologiques illustrés. Les tableaux naïfs qu’on trouve dans les galeries de peinture ont pris leur essor dans les années 30 sous l'impulsion d'artistes occidentaux venus s'installer dans l'île.

 

Religion

Bali est la seule île hindouiste d’Indonésie, pays ayant la plus grande population musulmane du monde.

Les balinais consacrent énormément de temps aux offrandes et aux prières dédiées aux dieux et autres divinités. Tous les jours, des cérémonies, rites et fêtes rythment la vie des balinais. Chaque balinais passe par différents rites de passage comme le limage des dents, le mariage et la crémation qui donne lieu à de magnifiques processions.

On peut apercevoir une multitude d'autels placés près d'un arbre, d'une rivière ou encore à l'intersection d'un carrefour afin d'apaiser les mauvais esprits.

Les temples les plus importants sont ceux de Besakih, d'Uluwatu et de Tanah Lot.


A voir, le site BaliTradition qui parle musique et danse, cérémonies et fêtes, castes, rites de passage, art balinais, jeux et combats de coqs, médecine et massage, alimentation, langue balinaise, calendrier balinais.

Histoire

Entre le IV° et le VII° siècle, les civilisations de l'Inde et de Ceylan s'implantent sur les rivages de l'archipel indonésien. Les seigneurs des îles s’initient au sanskrit et à l'hindouisme, adoptent les structures sociales de l’Inde (castes), les philosophies (brahmanisme, hindouisme) et l’écriture. Vers 1400, un prince javanais, converti à l’islam, fonde Malacca, marquant le début de l’influence musulmane qui se répand rapidement à travers l’île de Java, attirant à Bali toute «l'intelligentsia». Bali devient alors le refuge de l’hindouisme.

Bali est la dernière des îles à subir la colonisation occidentale. Les Hollandais débarquent en 1597, se heurtant aux pouvoir des rajahs (descendants des princes), avides d’indépendance. L’ultime épisode de ces affrontements à lieu en 1906 : le rajah de Badung met le feu à son palais, et se jette avec ses sujets sous la mitraille et les canons des hollandais.

Bali est occupée par les forces japonaises de 1942 à 1945. Les Hollandais quittent l’île après la 2° guerre mondiale.

En 1965-66, le général Soeharto prend la tête de la répression d'un coup d'État manqué dont l'armée accuse le Parti communiste indonésien d'être l'auteur. A Java et Bali, entre 500 000 et un million de personnes sont massacrées.

Plus d’info sur Wikipedia.